L'extension en bois

7 juin 2017

L’extension de maison à ossature en bois est idéale pour créer une véritable pièce en plus. Facile et rapide à mettre en oeuvre, l'extension à ossature en bois se plie à tous les besoins. Qu'il s'agisse d'une nouvelle pièce ou du prolongement d'un lieu, elle devient un nouvel espace de vie à part entière. 

1) Les différents types d’extension  

- La plus courante extension en bois est la création d'une pièce attenante à la maison gagnée sur le jardin. Ce nouvel espace est alors accolé au bâti existant, dans lequel une percée est créée pour relier les deux volumes. 

- L'étage en ossature en bois. Dans cette extension, l'avantage du mode constructif est sa légèreté (le bois est 5 fois plus léger que le béton), qui est compatible avec nombre d'ouvrages déjà existants. Si la base est saine, elle n'exige aucun renfort particulier, et permet un chantier rapide. 

- Enfin, en liaison entre deux bâtiments existants, l'extension à ossature bois est une solution parfaite. D'un point de vue architectural, Elle peut s'inscrire dans la continuité de la maison ou en modifier la lecture. 

2) Les atouts architecturaux de l'extension de maison en bois

Outre la valeur ajoutée lors de la revente du bien, du fait des mètres carrés créés, une extension en bois permet de jouer sur les formes et les matériaux.   

En termes de matériaux également, l'extension à ossature en bois est intéressante. On la trouve majoritairement en bardage bois. Cela crée un contraste agréable avec la pierre ou le revêtement de la maison. Du côté de la toiture, l'extension peut imiter le bâtiment auquel elle vient s'accoler, mais elle est souvent surmontée d'un toit plat. 

3) L'extension de maison en bois : un chantier simple et rapide 

En raison de sa nature, l'ossature en bois constitue un excellent choix pour une extension. Le bois est, en effet, plus léger que tout autre matériau de construction ; il est naturellement isolant, écologique et renouvelable. L'ossature en bois permet des constructions rapides et simples. Le principe de sa mise en oeuvre repose sur des petites sections verticales, les montants placés tous les 40 à 60 cm, associées à des pièces horizontales hautes, basses et médianes, les traverses et entretoises. L'ossature ainsi créée supporte plancher et toiture. C'est dans l'épaisseur de la structure, entre les montants, que vient s'ajouter l’isolant puis les parements de finition. 

L'exécution du chantier est bien plus simple et rapide que pour une structure maçonnée traditionnelle, les éléments constituant l'extension étant fabriqués en usine, à la demande, et assemblés sur place. Le chantier est sec, ne génère ni gravats ni nuisances, et respecte l'environnement. La fabrication ne prend que quelques jours, car bien que chaque projet soit unique, il bénéficie du savoir-faire industriel des fabricants. Une fois complète, l'extension est livrée en une fois, en kit, par camion.  

Une fois le matériel déchargé et le chantier organisé, celui-ci peut démarrer. Quand les fondations sont prêtes (généralement une dalle classique, ou des plots en béton), le montage peut commencer, et ne prend généralement que deux à cinq jours. La structure achevée est ensuite reliée à la maison par la percée du mur. Vient alors la phase des travaux d'aménagement intérieur. 

4) L’isolation pour une extension en bois

Si le bois a une vertu isolante, il ne peut à lui seul assurer une protection totale contre les températures basses ou élevées, ni contre les bruits environnants. Il faut donc lui associer une isolation intérieure ou extérieure, les deux étant possibles. 

5) La réglementation applicable à l’extension bois 

Comme toute construction neuve, une extension est a priori soumise à la réglementation thermique, la RT 2012. Toutefois, il est possible d'éviter cette obligation et les coûts qu'elle engendre. À cette fin, la surface de l'extension créée ne doit pas dépasser 30% de la surface existante. Le permis de construire est requis pour une construction de plus de 40 m2, ou lorsque la surface totale dépasse 150 m2 après travaux. 

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER